Les Trublions

Le divertissement ou la réjouissance

Quelque part, jadis, sur un trône décati, une reine se meurt d’un ennui si profond qu’il menace d’engloutir tout le royaume dans la plus complète déchéance. Molle et tyrannique, elle conjure sa dévouée soubrette d’organiser un grand concours pour la divertir et sauver ce qui peut l’être… Un festival haut en couleur se déchaîne alors sous les yeux las et cruels de la reine et de ses sujets : personnages burlesques et insolents, êtres fantasques et bouffons défilent dans des aventures délirantes et pathétiques où la mort même devient un jeu d’enfant. Mais ces semeurs de troubles, frêles, contradictoires et cocasses sont aussi et avant tout des humains.

Les joyeux drilles de La Distillerie lâcheront les chevaux sur scène, galopant d’une époque à une autre, d’une figure à une fonction, de l’absurde au politique, voire les deux en même temps pour se demander sans faux-semblant: Qu’est-ce que semer réellement le trouble sur un plateau de théâtre? Entre médiéval et new wave, un bal à l’image de celui de nos sociétés et des jeux de pouvoir qui s’y exercent. Un bordel joyeux, entre fracas de tempête et sonneries de trompettes, au cœur duquel se tisse une histoire qui rappelle le théâtre à sa fonction dionysiaque de fête inconvenante, loin des codes établis.

Du 08 au 27 octobre 2013 au Théâtre du Grütli, Genève
Du 31 octobre au 03 novembre 2013 au Théâtre de l’Oriental, Vevey
Les 05 et 06 novembre 2013 au Théâtre du Pommier, Neuchâtel
Du 12 au 17 novembre 2013 à l’Arsenic, Lausanne

    GÉNÉRIQUE

  • Mise en scène, jeu et costumes

    Emilie Blaser, Cédric Djedje, Pierre-Antoine Dubey, Cédric Leproust, Nora Steinig

  • Texte

    Marion Aubert

  • Collaboratrice artistique

    Claire Deutsch

  • Lumières

    Dominique Dardant

  • Scénographie

    Valère Girardin

  • Photographies

    Francesca Palazzi

  • Co-production

    Arsenic – centre d’art scénique contemporain, Théâtre du Grütli, Théâtre de l’Oriental

  • Soutiens

    Pour-cent culturel Migros, Fondation Ernst Göhner Stiftung, Fondation Nestlé pour l’Art, Corodis, Loterie Romande, Ville de Neuchâtel, République et Canton de Neuchâtel

  • Durée

    90 minutes

Réactions

«Par sa pleine possession du texte de Marion Aubert, le collectif La Distillerie avance ici avec talent dans un jeu totalement maîtrisé. Entre Hamlet et Les Chiens de Navarre, il s’annonce comme la nouvelle garde théâtrale romande»
Cécile Dalla Torre – Le Courrier

«La mise en scène collective assurée par les comédiens de La Distillerie Cie, dans un décor de banquet décadent, fait rimer avec superbe le gore et la satire. Un spectacle à marquer d’une pierre blanche»
Katia Berger — La Tribune de Genève

«En se mettant en scène collectivement, les cinq comédiens parviennent à donner à cette saga tragicomique la qualité d’un burlesque moderne. Un texte joyeusement trituré par ces jeunes comédiens prometteurs, pour révéler une fois encore la fascinante acuité de la dramaturgie de Marion Aubert.»
Corinne Jaquiéry – Theaterkritik.ch

«Une esthétique trash, véhémente, marquée par les mises en scène de Rodrigo Garcia ou Vincent Macaigne. Entre giclet de faux-sang, bâches en plastique, costumes queer: grand plaisir du jeu, brutalement charnel, dans un deuxième degré jubilatoire tout à fait désopilant»
Pierre Lepori – RTS Espace 2

«Ça canarde, ça chante, c’est déjanté, très bien enlevé par d’excellents jeunes comédiens. On sent qu’avec les Trublions ils se font plaisir à l’excès et ce plaisir est communicatif»
Thierry Sartoretti — RTS La première

Videos