La Compagnie

La création théâtrale est cet endroit unique où genres, textes et corps inventent et réinventent la matière d’être, de vivre et de devenir ensemble. Si le théâtre est à la fois lieu et expérience d’un art où la vie s’exprime, se transforme, se condense, en un mot se recrée, La Distillerie Cie a pour claire vocation d’en explorer l’alchimie, d’en extraire une identité, d’en diffuser parfums et élixirs dans le paysage culturel suisse romand et au-delà.

Fondée en juillet 2011 à Neuchâtel, La Distillerie Cie s’appuie sur une équipe dynamique de jeunes professionnels (comédiens, costumier, metteurs en scène, écrivain, vidéastes) issus, pour la plupart, de la Haute école de théâtre de Suisse romande (HETSR), ancienne manufacture de pierres précieuses à Lausanne.

Plusieurs axes de recherche s’imposent très vite à la compagnie : le travail collectif à partir de l’architecture (lieux) et de textes contemporains.

Ainsi, en septembre 2012, à partir de l’architecture, la compagnie s’investit avec une toute première « créaction » au Crématoire de La Chaux-de-Fonds, intitulée Je ne fais que passer, produite en collaboration avec Arc en Scènes.

Les Trublions de Marion Aubert, deuxième projet de la compagnie, a été joué durant la saison 2013-2014 au théâtre de l’Arsenic à Lausanne, au Pommier à Neuchâtel, au théâtre de l’Oriental à Vevey et au Grütli à Genève.

Le troisième projet de la compagnie Tu nous entends ? est d’ores et déjà programmé à l’Arsenic Lausanne pour la saison 2015-2016. La compagnie reprendra le travail là où elle l’avait laissé avec son tout premier projet Je ne fais que passer en abordant les questions de la mort et de la rage de vivre. 

Emilie Blaser, comédienne et musicienne est née et à grandi à Neuchâtel. Elle suit depuis l’enfance des cours de théâtre ainsi que des cours de piano au Conservatoire. En 2003, après l’obtention de sa Maturité Fédérale, elle rejoint les cours Florent à Paris. Quatre ans plus tard, elle entre à la Haute Ecole de Théâtre de Suisse Romande, la Manufacture, à Lausanne. Elle y travaille notamment avec Jean-Yves Ruf, Denis Maillefer, Anton Kouznetsov, Lilo Baur, Isabelle Pousseur et Claudia Bosse.

Durant ses études, elle obtient la bourse de la Fondation Andrée Jéquier ainsi que le prix d’étude d’art dramatique de la Fondation Friedl Wald en 2009 et 2010. Elle est choisie la même année pour être la jeune talent du cinéma suisse (Junge Talente) et joue ainsi sous la direction de Jacob Berger dans le court-métrage Quitte présenté au Zürich Film Festival ainsi qu’à Genève au Festival Tous Ecrans.

Dès sa sortie d’école, Emilie Blaser travaille avec Mathieu Bertholet dans Rosa seulement, dans le cadre des Sujets à Vif du Festival d’Avignon 2010. Elle joue ensuite sous la direction de Nathalie Lannuzel dans La femme d’avant de Roland Schimmelpfennig et dans Une nuit arabe du même auteur avec Nicolas Gerber, directeur du théâtre de l’Oriental à Vevey. En 2012-2013, elle rejoint le directeur du Grütli, Frédéric Polier, sur deux créations, puis dans Léonce et Léna de Büchner, mis en scène par Anne Schwaller au Théâtre de Carouge.

En 2011, elle fonde la Distillerie Cie à Neuchâtel et s’entoure d’une équipe de jeunes artistes issus pour la plupart de sa promotion à la HETSR- La Manufacture. Ils montante collectivement le premier projet de la compagnie, Je ne fais que passer, un voyage initiatique vers l’au-delà, une coprodution du TPR joué au Crématoire de La Chaux-de-Fonds en 2012, puis Les Trublions de Marion Aubert en 2013 au Théâtre de l’Arsenic à Lausanne et en tournée.En 2014, elle rejoint la compagnie de Marion Aubert “Tire pas la nappe” et joue dans GO GO GO BMO au Quartz, scène nationale de Brest. La même année, elle cofonde avec cinq autres comédiens issus de la Manufacture, le collectif Sur un Malentendu.

En parallèle, Emilie Blaser entre à la RTS – Radio Télévision Suisse où elle y présente la météo depuis janvier 2012.